Neuvième édition

En cette année 2012,  le  « Festival du Livre en Bretagne de Guérande »  aura pour image : la Bretagne au féminin.

Les femmes bretonnes seront-elles mises à l’honneur ? Qui sont-elles ? Vivent-elles  et  ont-elles toujours vécu, discrètes, à l’ombre de leurs époux ? Ces messieurs les guerriers ou marins, souvent les deux à la fois comme c’est fréquemment le cas  sur cette terre armoricaine découpée, échancrée, pénétrée par la mer, traversée par tous les vents. Ils sont très souvent absents ces héros des océans, pécheurs, explorateurs, premiers acteurs des batailles navales, tous ces bretons, soldats à chaque guerre lorsqu’ils ne luttent pas au quotidien pour la survie des leurs. Heureusement les femmes sont là. Présentes au foyer, elles font fructifier le bien, transmettent les bonnes traditions aux enfants.

Les Celtes avaient compris depuis longtemps le rôle des femmes. La femme celte pouvait hériter, tester, gérer ses propres biens, participer aux débats politiques et se battre le cas échéant. Elle pouvait même entrer en sacerdoce en pratiquant la prophétie. Tout ceci au grand étonnement des Romains lorsqu’ils arrivèrent en conquérants.

Dans les temps qui suivirent, quelques bretonnes comme Jeanne de Belleville se firent corsaires ou pirates ce qui ne fait pas de différence quant à l’action : les premiers ont le bon droit pour eux, donc, la gloire, les seconds relégués au ban de la société, se mettent à leur compte et récoltent l’opprobre.  Certaines telle Marion du Faouët s’imposant à des hors la loi, ou, telle la Comtesse de Montfort prenant Hennebont à la tête de 300 chevaliers, ont été des meneurs d’hommes. Vous l’avez remarqué, mettre au féminin certains mots en dévie le sens – Celles qui écrivent sont-elles auteurs ou auteures ? Écrivains ou écrivaines ? L’usage primera.

Cette année ce sont les femmes qui priment au Festival du Livre en Bretagne de Guérande. La Duchesse Anne parle la première, Nathalie de Broc préside, et, à travers bien des ouvrages, vous découvrirez des personnalités féminines qui n’ont pas recherché la célébrité, mais, qui existent.

« La Bretagne au féminin » c’est toute une ambiance pour le Festival, une autre note, un rappel de nos origines et coutumes.      

                                                                                                     Christiane MARCHOCKI Présidente de l’APHRN

Publicités
Cet article a été publié dans festival du livre 2012. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s